La laine


Réhabiliter la « bête à laine » pour faire revivre des territoires

L'action laine en images...

Pourquoi un travail de valorisation de la laine?

 

La laine est une matière renouvelable et saine, aux potentialités multiples développées par des millénaires d’activité humaine. Pourtant, elle n’est pas actuellement considérée comme un produit agricole au niveau européen. Les laines européennes ont subi une décote importante depuis la fin du 19ème siècle du fait de l’ouverture des marchés puis de l’essor des matières synthétiques. La valeur de la laine est soumise au cours capricieux du marché international, essentiellement dominé par la laine de l’hémisphère sud (Australie, Nouvelle Zélande, Afrique du Sud, Argentine) quasiment imbattables en quantité, en qualité et en organisation de la filière. Actuellement, le coût de la tonte (1,50 euros par brebis) n’est pas couvert par la vente de la laine (en moyenne 1 euro par brebis).

Les éleveurs et les organisations professionnelles considèrent de ce fait la laine comme un sous-produit de l’élevage, voire comme un déchet encombrant ; certains la brûlent. En terme de sélection des animaux, le critère lainier, pourtant fondamental depuis la domestication du mouton jusqu’à la moitié du 19ème siècle, a été délaissé au profit de la viande et du lait, malgré un travail intéressant réalisé dans les années 1950-60. Il subsiste a minima dans les schémas de sélection des différentes races Mérinos.

Du fait de la baisse des cours et de l’abandon en France d’une organisation collective de la collecte, du tri et de la mise en vente dans les années 1990, un cercle vicieux s’est installé qui a mené à la dégradation de la qualité de la laine. Pour inverser cette tendance, il s’agit de trouver des solutions durables pour la valorisation de ce produit de toute façon présent dans les élevages et potentielle source de diversification dans la perspective de la diminution des aides de la PAC. La mise en place d’une filière laine, de l’éleveur au produit fini en passant par les artisans, est de plus un véritable enjeu de développement local. En effet les grandes zones de production textile sont sinistrées et il y a urgence à sauvegarder et développer les savoir-faire existants. C’est dans cette perspective que l’APPAM participe au travail de l’association ATELIER-laines d’Europe.

De 2006 à 2008, l’APPAM a réalisé des prospections pour la mise en place d’une filière laine. Quelle est la situation ? Que retenir des initiatives et des filières existantes ? Que faire ? Nous avions conclu qu’il était important d’agir pour donner à voir des réalisations concrètes et faire réfléchir. Le Parc National du Mercantour et le Conseil Général nous ont soutenus dans cette démarche expérimentale. 

 

Depuis 2009, un travail expérimental a été mené sur les laines de chaque race de mouton du département

La filière Brigasque


Depuis 2009, nous avons construit la filière brigasque qui valorise la laine sous forme de tapis essentiellement. Le dynamisme de ces éleveurs a insufflé une vision nouvelle sur la valorisation de la laine.

 

Pour plus d'information et pour toute commande de tapis voir le site suivant : http://tapisbrigasques.weebly.com/index.html

La couverture lainière de la brebis Brigasque est importante et jarreuse. Les mèches sont longues, grossières et solides.

 

 

Télécharger
Description de la race et de la laine brigasque
Brigasque.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

La filière Mérinos d'Arles


Depuis 2010, nous avons mis en place la filière Mérinos d’Arles qui a permis à 3 éleveurs de valoriser leur laine sous forme de pelotes de laine à tricoter et d’habits. L’action se poursuit par une réflexion au niveau PACA et Rhône-Alpes.

La toison de la brebis Mérinos d'Arles recouvre tout l’animal, des sabots aux yeux. Les mèches sont fines (l’une des laines les plus fines d’Europe, jusqu’à 20 microns), résistantes, ondulées et plutôt longues. Son usage textile pour des produits fins, doux et souples est de ce fait indiqué.  

 

 

Télécharger
Description de la race et de la laine Mérinos d'Arles
Mérinos d'Arles.pdf
Document Adobe Acrobat 454.2 KB

La filière "laines croisées"


Depuis 2012, nous développons la filière « laines croisées » (races Préalpes du Sud, Mourerous et leurs croisements). 8 éleveurs puis 6 ont regroupé 6 tonnes puis 4 tonnes de laine pour tester les différents types d’utilisation possibles (laines à tricoter, tissu, écharpe, plaid, chaussettes, pour l’instant).

La « Préalpes » est une brebis peu à moyennement lainée. Le ventre et les pattes sont totalement découverts. Les mèches sont courtes, quelques jarres sont présents. La finesse est moyenne à fine (entre 25 et 30 microns). Elle possède une douceur moyenne et un caractère gonflant très intéressant.

La Mourerous a une bonne couverture lainière. Les mèches sont courtes à moyennement longues, quelques jarres sont présents. La finesse est moyenne à fine (entre 25 et 30 microns). Elle possède une douceur moyenne et un caractère gonflant très intéressant.



 

Plutôt que de se débarrasser de la laine, les éleveurs deviennent acteurs d'une filière locale. Nous pensons fondamentalement que la laine peut apporter un regard nouveau et contribuer à la permanence des élevages. N’y a-t-il pas une incohérence manifeste à gaspiller une matière qui a été à l’origine de la domestication du mouton ? Il n’y a pas si longtemps que cela, ce dernier était encore appelé « bête à laine ». Cette dernière a toute sa place dans un monde qui répète à l’envie les termes de « développement durable », « matière renouvelables » ou encore « relocalisation de l’économie ».

Si vous êtes intéressé par cette démarche expérimentale, vous pouvez nous soutenir en visitant notre boutique en ligne :  .

 

Télécharger
Description de la race et de la laine Mourérous
Mourerous.pdf
Document Adobe Acrobat 937.5 KB
Télécharger
Description de la race et de la laine Préalpes du Sud
Préalpes du Sud.pdf
Document Adobe Acrobat 1.9 MB

Voyage d'étude Action laine 2014